• Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a annoncé mercredi un événement de "portée historique" avec l'abaissement des impôts pour 10 millions de personnes, représentant un coût de 10 milliards d'euros pour l'État italien. "Pour nous, il est évident que mettre dans les poches des Italiens 1 000 euros en plus (sur un an) aidera à la consommation : c'est une mesure d'attention, d'équité, une mesure de portée historique", a annoncé Matteo Renzi, dans une conférence de presse présentant les toutes premières mesures concrètes de son exécutif.

    Le président du Conseil italien a assuré que l'État italien dispose "des moyens de financer" ces réductions d'impôts, qui bénéficieront essentiellement à la classe moyenne (gagnant moins de 25 000 euros net par an) et aux couches les plus pauvres, tout en respectant la norme d'un déficit par rapport au PIB de 3 %, exigé par l'Union européenne. "J'ai lu des polémiques (dans les journaux) sur la 'couverture' de ces dépenses. C'est incroyable qu'on en doute. L'argent pour remettre ces 10 milliards dans les poches des Italiens est là", a-t-il indiqué.

    Réforme constitutionnelle

    Il a expliqué ensuite que le conseil des ministres a réussi à trouver ces 10 milliards "sur la base des économies sur les dépenses (publiques), des conditions macroéconomiques générales (baisse des intérêts que doit payer l'Italie sur sa dette, ndlr), sans aucune augmentation des taxes". Il a aussi annoncé pour les entreprises "une baisse de 10 % de la taxe professionnelle Irap" qui sera financée par une hausse de 20 à 26 % de la taxation sur les gains financiers, sauf celle sur les obligations d'État. Ces allègements fiscaux entreront en vigueur dès le 1er mai, a-t-il précisé, regrettant de ne pas être parvenu à abaisser l'impôt sur le revenu dès le 1er avril pour des raisons techniques.

    En outre, Matteo Renzi a également annoncé mercredi une réforme constitutionnelle réduisant très fortement les pouvoirs du Sénat, prévoyant que cette chambre ne votera plus la confiance au gouvernement et aura un nombre réduit d'élus. Le président du Conseil italien a indiqué qu'il avait remis aux ministres et aux responsables des partis représentés au Parlement - de la majorité et de l'opposition - "un projet de loi constitutionnel", qui prévoit qu'"il n'y aura plus jamais de vote de confiance, plus jamais de loi de stabilité budgétaire" à l'ordre du jour du Sénat.

    "Cela veut aussi dire une réduction du nombre des parlementaires, 315 salaires en moins", a-t-il ajouté, à propos du fait que les néo-sénateurs seront des élus régionaux bénéficiant déjà d'un salaire. Le projet sera remis aux représentants des maires et des conférences régionales et à toutes les institutions intéressées par la question, a-t-il ajouté. Un délai de quinze jours "sera donné à tous pour apporter des améliorations" au projet, et "puis nous le présenterons devant le Parlement".

     

    http://www.lepoint.fr/monde/italie-la-revolution-de-matteo-renzi-12-03-2014-1800146_24.php

     

    Ce n'est pas chez nous que le gros mou élu depuis bientot 2 ans ferait ça !

    lui c'est 30 MD€ de plus d'impots !!

     


    votre commentaire
  • Répondant à l’appel du collectif  « Vivre, décider et travailler en Bretagne », plusieurs centaines de Bonnets rouges se sont retrouvés hier midi à Brec’h (Morbihan). Venus pour « rappeler de manière pacifique, au gouvernement les revendications des Bretonnes et Bretons : le maintien de la gratuité des routes en Bretagne et la suppression pure et simple de l’écotaxe », les manifestants se sont finalement affrontés aux forces de police qui bloquaient l’accès au portique écotaxe situé sur la nationale 165 entre Vannes et Lorient.

    Ce qui devait être un pique-nique pacifique s’est rapidement transformé en affrontement violent avec les forces de l’ordre. Durant plusieurs heures,  les manifestants ont lancé des œufs et des fusées de détresse sur les CRS et les gendarmes, ceux-ci ripostant par des tirs de grenades lacrymogènes. Trois manifestants et un policier ont été légèrement blessés. Le calme est revenu vers 19 heures. Les deux leaders des Bonnets rouges, Thierry Merret, président de la FDSEA 29, et Christian Troadec, maire de Carhaix, assistaient à cette manifestation.

    La RN 165, qui avait été fermée préventivement à la circulation et des déviations mises en place, a été rouverte à la circulation dans le courant de la nuit dernière.

     

    http://www.breizh-info.com/8517/actualites-a-la-une/bonnets-rouges-vs-ecotaxe-violents-affrontements-hier-autour-du-portique-de-brech-56/

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique