• À la suite du référendum en Crimée qui a vu cette région de l’Ukraine demander son rattachement à la Russie, Laurent Fabius s’était lancé dans des menaces sur la livraison de deux porte-hélicoptères de classe Mistral à la marine russe.

    « Si Poutine continue ce qu’il fait, nous pouvons envisager d’annuler les ventes », a lancé lundi, très imprudemment, le chef de la diplomatie française, habitué aux sorties tonitruantes et grotesques.

    Depuis, le gouvernement a fait marche arrière en informant par la voix du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, que « la livraison du premier bâtiment a lieu au mois d’octobre, donc la question de la suspension se posera au mois d’octobre ».

    Quelques mois pour faire oublier les propos de l’encombrant patron du Quai d’Orsay, mais qui n’ont pas échappé aux officiels russes :

    « Notre collègue [Laurent Fabius] n’est peut-être pas au courant du nombre d’emplois créés en France grâce à notre partenariat. La France commence à trahir la confiance qu’on place en elle comme fournisseur fiable. Remplissez vos obligations contractuelles et livrez les navires dans les délais prévus ou rendez-nous notre argent et les poupes de ces navires, assemblées sur nos chantiers navals de la Baltique ! », a déclaré le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine.

    Les porte-hélicoptères BPC Mistral sont des bâtiments de projection et de commandement qui assurent les fonctions de transport, état-major, débarquement et soins. La Marine nationale en possède trois : le Mistral, le Tonnerre et le Dixmude, basés à Toulon.

    Un contrat d’une valeur de 1,2 milliard d’euros pour la construction de deux porte-hélicoptères de classe Mistral a été signé entre Paris et Moscou. Ces navires sont en cours de construction dans les chantiers STX à Saint-Nazaire, sous-traitants de la DCNS, permettant la création de 1 000 emplois à temps plein pour quatre ans.

    Les deux navires s’appellent Vladivostok et Sébastopol, le premier doit être livré à la marine russe à la fin de cette année, le second en 2015.

    Si la France s’aventurait à rompre ce contrat, elle en subirait de graves conséquences en termes de crédibilité et en termes financiers. La Coface (Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur) devrait ainsi verser jusqu’à 1 milliard d’euros aux autorités russes.

    Le Groupe unifié de construction navale russe (OSK) a déclaré être en mesure de réaliser elle-mêmes ce type de navire :

    « Si les partenaires français renonçaient à tenir leurs engagements, nous pourrions construire nous-mêmes ce navire – nous avons déjà reçu la majeure partie des documents sur le Mistral. Si les Français rompaient le contrat et refusaient de nous rendre l’argent alors ils perdraient leurs droits sur ces documents. Nous pourrions donc construire ces navires par nos propres moyens, si la marine était toujours intéressée par ce projet. La conception demandera près de deux ans, le Mistral n’a rien de complexe – c’est une barge avec un moteur et un dock pour les hélicoptères et les chars. Après l’approbation du projet, la construction nécessitera près de 18 mois. »

    Pour l’avenir des relations franco-russes, la crédibilité de la parole de notre pays et pour la préservation de l’emploi en Loire-Atlantique, espérons que cette affaire ne soit qu’une énième outrance verbale d’un ministre incompétent, dont on ne peut que souhaiter la retraite de la vie politique, à l’issue du remaniement post-défaite électorale.

     

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/BPC-Mistral-la-Russie-demande-des-eclaircissements-apres-les-fanfaronnades-de-Fabius-24185.html

     


    votre commentaire
  • Il avait promis d'inverser la courbe du chômage "d'ici un an". C'était le 9 septembre 2012. Depuis, François Hollande a discrètement repoussé sa promesse à "la fin de l'année". Mais le pari n'en est pas moins perdu. En décembre 2012, la France comptait 3 132 900 chômeurs de catégorie A (sans aucune activité) selon Pôle emploi. Un an plus tard, en décembre, elle en comptait 3 300 200, soit une hausse de 5,7 % en 2013 (+ 177 000 chômeurs).

    Après l'augmentation de novembre, le mois de décembre a d'ailleurs encore enregistré une progression du nombre de chômeurs de 0,3 % (+ 10 200). Le coup est d'autant plus rude pour le gouvernement que le nombre de chômeurs de catégorie B est en hausse de 0,8 % (+4,8 % sur un an) et le nombre de ceux de catégorie C (ceux qui ont eu une activité réduite dans le mois) augmente également de 0,7 % (+8,1 % sur un an) !

    Au total, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s'établit à 4 898 100 en France métropolitaine fin décembre 2013, soit une hausse de 0,5 % (+22 000) au mois de décembre. Sur un an, il augmente de 6,0 %. Au total, le nombre de chômeurs monte même à 5 194 100 lorsqu'on inclut les départements d'outre-mer.

     

    Avant même l'annonce de ce mauvais résultat mensuel, l'exécutif ne se hasardait déjà plus à vanter une "inversion" de la courbe. Le chef de l'État comme son ministre du Travail, Michel Sapin, parlent désormais d'une simple une "stabilisation" du nombre de chômeurs en mettant en avant une forte décélération de la hausse en cours d'année, en décomposant la courbe par trimestre :

     

    La boîte à outils de la politique de l'emploi n'aura donc pas suffi à faire mieux que bloquer le nombre de chômeurs à un niveau élevé en fin d'année. En 2013, le traitement social du chômage a pourtant tourné à plein avec la signature de près de 100 000 emplois d'avenir pour les jeunes les moins qualifiés, auxquels il faut ajouter les contrats aidés classiques (contrats uniques d'insertion) et les contrats de génération, qui peinent d'ailleurs à décoller. Il n'y a guère que chez les jeunes que la tendance est inversée.

    "Je pourrais prétendre que jamais des réformes n'ont été menées en si peu de mois (...), mais je préfère regarder la réalité en face : la croissance reste faible. Trop faible pour créer durablement des emplois", a reconnu François Hollande, lors de ses voeux "aux acteurs économiques et de l'emploi" après avoir détaillé ses réformes. Le président a en fait constamment surestimé la croissance. Pendant sa campagne, le candidat espérait encore une progression de l'activité économique de 1,7 %, avant de réviser ce chiffre à 0,8 % pour la préparation du budget puis à 0,2 %, dès février 2013.

     

    http://www.lepoint.fr/economie/courbe-du-chomage-l-echec-de-francois-hollande-27-01-2014-1784931_28.php

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique