• Le quotidien marocain Assabah  du  vendredi matin a évoqué le traitement « humiliant » subi par le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, à l’aéroport de Charles de Gaulle à Paris, et qui rappelle  le traitement très hospitalier et combien respectueux réservé aux  responsables français, anciens et actuels, lors de leurs séjours au Maroc. Cette hospitalité prend des tournures spéciales lorsque la justice marocaine ferme les yeux sur leurs crimes sexuels dont les victimes sont des mineurs Marocains.

     Le journal raconte que le ministre revenait d’une mission diplomatique dans la ville de La Haye aux Pays-Bas. Lorsqu’il a fait escale à Paris, il n’était pas en mission diplomatique dans ce pays  et par conséquent, il a été soumis lors de son départ aux mêmes mesures de sécurité que les autres passagers.

     Toutes les explications sont possibles pour comprendre l’attitude  de la police française à l’égard d’un  ministre d’un pays ami comme le Maroc. On peut dire  que c’est un non-évènement  dans la mesure où le ministre n’était pas en mission diplomatique à Paris, et par conséquent il fallait respecter les procédures de sécurité habituelles, comme pour les autres citoyens. Certains diront qu’il s’agit d’un petit complot  français  suite à la détérioration des relations entre Paris et Rabat dans le sillage de l’affaire Hammouchi, directeur des renseignements marocains, que la justice française a voulu interroger dans une affaire de torture présumée.

     Cependant,  c’est l’occasion de s’interroger  sur les multiples faveurs accordées par le Pouvoir Marocain aux  responsables français en visite au Maroc, qui va de la mise à disposition de jets privés  aux invitations tous frais payés  dans des  hôtels de luxe dans la cadre de la “diplomatie de la Mamounia”.  Cette générosité peut  choquer l’opinion publique lorsqu’elle devient  juridiquement  inadmissible et moralement inacceptable. Pourtant, c’est ce qui est arrivé  quand  la police marocaine est tombée sur un ancien ministre français qui abusait sexuellement d’enfants marocains mineurs dans la ville Marrakech. Au lieu de le déférer devant la justice, elle a couvert le crime.

    Le Maroc officiel a préféré le silence, mais des  journalistes et des hommes politiques français ont révélé le scandale et dévoilé le nom du ministre qui fréquentait  Marrakech. Par la suite, des associations des droits de l’Homme et des acteurs de la société civile ont exigé de la justice marocaine l’ouverture d’une enquête  après ces déclarations publiées par les médias français. En vain.

     Dans ce cas, c’est le silence du Maroc officiel qui a été un vrai complot contre la dignité  et l’honneur du Maroc et des Marocains.

    http://alifpost.com/francais/la-france-humilie-le-ministre-marocain-dexterieur-a-paris-et-le-maroc-couvre-les-crimes-sexuels-dun-ministre-francais-a-marrakech

     


    votre commentaire
  • La candidate de l'UMP à la Mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP), a affirmé hier sur Europe 1 que l'endettement à Paris rapporté au nombre d'habitants était plus de deux fois supérieur à la moyenne nationale, à « plus de 1.400 euros ». « Les frais de fonctionnement de personnel, à Paris, c'est 832 euros par Parisien », a-t-elle ajouté. Alors que la « moyenne nationale, c'est 237 euros », selon elle. Ce qui a conduit l'équipe de son adversaire socialiste, Anne Hidalgo, à dénoncer « approximations et contre-vérités ».

     

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0203242188075-municipales-nkm-et-hidalgo-polemiquent-sur-la-dette-parisienne-642943.php?xtor=RSS-2231

     

    Ce que dit la cour des comptes dans un rapport du 9 décembre 2013 :

    De son côté, Paris (1.444 euros par habitant) a nettement augmenté au cours de ces cinq dernières années. Entre 2008 et 2012, la dette de la capitale a augmenté de 40 % (soit 9 % par an en moyenne) et elle devrait atteindre 3,9 milliards fin 2013.

     

    Madame Hidalgo ment aux Parisiens et aux Français sur l'endettement de la ville pendant les années PS !

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique