• Toute la misère du monde, c'est maintenant

    L'immigration irrégulière est une plaie. On ne la choisit pas. Ni le clandestin qui fuit son pays le cœur lourd, pour des raisons politiques ou, le plus souvent, économiques. Ni l’État d’accueil qui, quel qu’il soit et quoi qu’on dise, n’a pas les moyens de recevoir toute la misère du monde. Comment le faire comprendre à tous les beaux esprits qui ruissellent d’une générosité aussi inconséquente que dangereuse ?

    Le trafic de clandestins est, avec la drogue et les armes, la troisième source de revenus des réseaux mafieux dans le monde. En France, le phénomène prend des proportions dramatiques. Tous les quinze jours, une filière d’immigration y a été démantelée en 2013. C’est donc sans compter toutes celles qui ne l’ont pas été et qui poursuivent aujourd’hui leur activité criminelle. Najat Vallaud-Belkacem, si prompte à légiférer contre les mafias de la prostitution, ferait œuvre bien plus utile en combattant sans relâche ce fléau.

    La ministre des Droits de la femme, comme le président de la République, préfère tendre la main à toutes les Leonarda de la terre, de peur d’être accusée de perdre son âme. Mais c’est la France, son unité et ses principes républicains, qu’elle met bien plus sûrement en danger en refusant de regarder la réalité en face...

    http://blog.lefigaro.fr/threard/2013/12/toute-la-misere-du-monde.html

     

     

    « La délinquance étrangère, c'est maintenant »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :